Par défaut, une montre affiche au minimum les heures et les minutes. Mais elle peut proposer bien davantage. On parle alors de « complication ». Ce terme se réfère à toute indication supplémentaire en plus des heures et des minutes.

 

Une des complications les plus communes, bien que complexe à réaliser, est le « chronographe ». Il permet la mesure de temps courts. On utilise des boutons poussoirs afin de permettre la mise en marche, l’arrêt et la remise à zéro d’une aiguille au moins et cela sans stopper le mouvement principal de la montre. Pour une lisibilité optimale, l’aiguille des secondes du chronographe est généralement la plus longue et placée au centre, mais il existe de nombreuses variantes.

 

Attention : il est important de ne pas confondre les termes « chronographe » et « chronomètre ». Un chronomètre n’est pas une complication : c’est le terme utilisé pour qualifier une montre de haute précision.

Les différents types de chronographe

 

1- Monopoussoir

C’est la version la plus ancienne du chronographe qui est équipé d’un bouton unique pour les trois actions de mise en route, d’arrêt et de remise à zéro.

Longines Pulsometer Chronograph

Longines Pulsometer Chronograph
Source image : https://www.lesrhabilleurs.com/

2- Deux poussoirs ou multi-poussoirs

Considéré comme un chronographe simple, ce modèle est plus intuitif à utiliser que le monopoussoir. Généralement, on trouve un bouton poussoir sur chaque côté du remontoir qui repose sur le boîtier. Le poussoir du haut occasionne le départ et l’arrêt du mécanisme du chronographe alors que le poussoir du bas remet à zéro tous les indicateurs.

Omega Speedmaster « Moon watch »

Omega Speedmaster "Moon watch"
Image copyright ©️ChronoPrivé

3- Retour en vol ou Flyback

Dans ce type de chronographe, le poussoir de remise à zéro peut s’utiliser pour stopper la mesure en cours et en redémarrer automatiquement une nouvelle sans devoir passer par l’étape de la remise à zéro. Cette fonction est utile lors de mesures de temps très rapprochées les unes des autres.

Auricoste Type20 Retour en Vol

Auricoste Type20 Retour en Vol
Image copyright ©️ChronoPrivé

4- Rattrapante

C’est le chronographe le plus compliqué à réaliser. Les chronographes à rattrapante possèdent une deuxième aiguille des secondes permettant de mesurer des temps intermédiaires, puis de «rattraper» instantanément l’autre aiguille en marche. Il est utile pour mesurer un temps intermédiaire ou deux événements parallèles de courte durée.

Patek Philippe Chronographe à Rattrapante et Quantième Perpétuel

Patek Philippe Chronographe à Rattrapante et Quantième Perpétuel
Source image : https://thekeystone.com

5- Foudroyante

La seconde foudroyante, qui est également appelée « diablotine », a pour fonction d’indiquer les fractions (quarts, cinquièmes, huitième et même les dixièmes) de seconde. Cela permet une lecture de l’heure très précise. La seconde foudroyante fonctionne sur simple pression d’un poussoir.

Jaeger-LeCoultre Duomètre Chronographe

Jaeger-LeCoultre Duomètre Chronographe
Source image : https://monochrome-watches.com

Un bref historique

 

En 1816, Louis Moinet crée son compteur « compteur de tierces ». L’aiguille centrale, qui fait un tour en une seconde, peut être démarrée, arrêtée et remise à zéro. Mais ce n’est pas un chronographe au sens moderne du terme puisque ce compteur ne donne pas l’heure.

Compteur des Tierces de Louis Moinet (1816)

Compteur des Tierces de Louis Moinet
Image copyright ©️ChronoPrivé

Le mot « chronographe » a été utilisé pour la première fois par Nicolas-Mathieu Rieussec qui a créé, et fait breveter en 1821, un système de mesure des temps courts.

Chronographe Nicolas Mathieu Rieussec (1821)

Chronographe Nicolas Mathieu Rieussec
Source image : https://www.wikipedia.org/